Maintien à domicile ou maison de retraite : faire le bon choix
16/11/2016 12:36 Aucun commentaire


Si le maintien à domicile reste la volonté de la majorité des français, encouragés dans ce choix par les pouvoirs publics, il n’en reste pas moins que de vraies questions sécuritaires se posent et imposent notamment la mise en place d’une assistance au quotidien.

Une enquête de l'UFC Que Choisir

L’allongement de l’espérance de vie et le vieillissement de la population augmentent les besoins de services d’aide à domicile pour les personnes âgées dépendantes. Mais où en est la France en termes de service à la personne ? C'est cette question qui a motivée cette nouvelle enquête de l'UFC Que Choisir.

Un nombre d'heures jugé insuffisant

Les personnes âgées interrogées disent bénéficier en moyenne de 56 heures d’assistance par mois. Cette aide étant destinée à les assister dans tous les actes de la vie quotidienne. Pour la majorité d'entre elles, ce nombre d'heures ne suffit pas à répondre à tous leurs besoins. Autre sujet d'insatisfaction : les personnes âgées interrogées déplorent le turn-over d’intervenants. Effectivement, un tiers d'entre-eux ont déjà eu l'occasion de voir passer chez eux au moins quatre auxiliaires de vie par mois et ces changements de personnel ont tendance à déstabiliser les personnes âgées qui aiment bien garder leurs repères et leurs petites habitudes.

L’insuffisance des aides financières

D'après cette enquête, les personnes âgées et leurs familles déplorent l’insuffisance des aides financières allouées par l'état aux personnes ayant opté pour le maintien à domicile plutôt que pour l’hébergement en maison de retraite. Pour certaines des personnes interrogées, le reste à charge moyen s’élève à 600 € par bénéficiaire. Le problème c'est que dans 26 % des cas, ce reste à charge (payé par la personne âgée) dépasse le tiers de ses ressources personnelles qui sont souvent assez maigres. Il faut savoir également que dans 16 % des cas c’est même plus de la moitié de ses revenus que la personne âgée doit y consacrer. Alors, bien que vieillir à domicile soit le souhait de la majorité des français, il faut savoir que les moyens d'arriver à cet objectif sont souvent complexes. Ils passent par la réorganisation du cadre de vie avec révision du logement de la personne âgée (Seulement 6 % des logements sont adaptés aux seniors en perte d’autonomie. 450 000 chutes ont lieu chaque année dont 62 % à domicile) et la mise en place d'heures de soutien à domicile, ce qui peut être difficile à organiser de façon optimale. 

Et quand le maintien à domicile n'est plus possible...

Ce maintien à domicile repose beaucoup sur la solidarité familiale, sur les épaules de conjoints vieillissants ou sur celles d’enfants qui doivent renoncer pour cela à une partie de leurs activités professionnelles et familiales. Confrontés à la perte progressive d’autonomie de leur proche, parfois de manière brutale avec la survenue de maladies comme Alzheimer ou Parkinson, ces aidants familiaux se retrouvent souvent désemparés. En effet, lorsque la personne âgée nécessite une surveillance de tous les instants, l’entrée en maison de retraite médicalisée ou en EHPAD s’impose comme la meilleure des solutions pour l’aîné d’abord, mais aussi pour l’aidant. C’est pour ce dernier un soulagement de savoir que des personnes compétentes prendront soin de la personne âgée et géreront les difficultés quotidiennes inhérentes à son état.

Notre équipe de conseillers est à votre service pour vous aider à trouver l’établissement le plus adapté à votre proche. Contactez-nous au : 0800 941 340

(Source : Le dauphiné.com)

Partager

 Commentaires :

Inscription à la newsletter :
 Demande urgente

Vous cherchez
une maison de retraite?

Trouvez en 2 clics une maison de retraite près de chez vous, grâce à notre annuaire intéractif !