Adoptez une bonne hygiène de vie pour protéger votre cerveau
03/05/2017 16:25 Aucun commentaire


Pour toutes les maladies impactant le fonctionnement du cerveau, les chercheurs travaillent à identifier les éléments permettant de s'en protéger. Dans le cas de la maladie de Parkinson, par exemple, les causes de la maladie pourraient être différentes selon les individus même si la même région du cerveau est touchée. Aujourd’hui, faute de réponses claires concernant les causes de cette maladie, les chercheurs travaillent très activement sur plusieurs hypothèses concernant l’identification d’éventuels facteurs de risques, même si à ce jour, aucun facteur de risque clair n’a été scientifiquement démontré. 


Protection du cerveau : Où en est la recherche?

Aujourd’hui, les scientifiques privilégient les hypothèses relatives à l’intervention d’une combinaison de certains facteurs génétiques et environnementaux, qui expliquerait la survenue des maladies du cerveau. En effet, dans l’extrême majorité des cas, la preuve de l’intervention de l’un ou l’autre de ces facteurs pris isolément n’est pas suffisante pour expliquer la survenue de la maladie. Les seules certitudes sur lesquelles il est possible de s'appuyer concernent les moyens de préserver la bonne santé du cerveau. Effectivement, pour la ménager, certains éléments néfastes doivent être éliminés. Il a été prouvé que la première cause de dégénérescence du cerveau est la présence de radicaux libres qui ont une action oxydante sur les cellules. Il faut donc veiller à limiter la production de radicaux libres et à faire le plein d’antioxydants.

Identifier les éléments responsables de la destruction des cellules nerveuses

Certains éléments pourraient être responsables de la destruction des cellules nerveuses :

• Les métaux lourds provenant de la pollution des aliments, de l’eau ou même de l’air
• Les variations trop brusques des apports en sucre au cerveau
• Les acides gras dits « saturés » présents dans la viande et dans les produits à base de lait
• L’alcool

Activer son système de défenses naturelles

• Les acides Gras Insaturés et Oméga 3 Les acides gras insaturés comme les omégas 3, joueraient un rôle dans la protection de la membrane des neurones. En consommer pourrait être un moyen d’empêcher la destruction des neurones.

• Le rôle des vitamines Certaines vitamines comme la vitamine D et la vitamine E, joueraient également un rôle important dans la protection de l’organisme. En effet, la vitamine E est un puissant antioxydant.

Le sport, un allié santé précieux

D’autre part, la pratique régulière d’une activité sportive permet l’oxygénation des cellules et permet de prévenir ou d’améliorer les troubles de la motricité. Par ailleurs, il faut savoir que d'après plusieurs éminents chercheurs, l’exercice physique favoriserait la production de facteurs neurotrophiques, réduisant la vulnérabilité des neurones et contribuant à un possible ralentissement de la progression de certaines maladies touchant le cerveau comme notamment la maladie de Parkinson. Des tests sur de longues périodes sont menés pour valider cette piste.

La relaxation comme remède anti-stress

Apprendre à diminuer son stress permet de conserver l’équilibre du système nerveux. En fait, la relaxation a pour effet de détendre les muscles et de relâcher les tensions nerveuses. Plus efficace encore, la méditation. Ce n’est pas par hasard que la méditation en pleine conscience ou Mindfulness est très à la mode. Par exemple, il a été récemment prouvé que la méditation avait un impact positif sur le système immunitaire, cardiovasculaire et hormonal. En effet, la méditation permettrait de libérer non pas une mais bien trois hormones du bonheur : la dopamine, la sérotonine et les endorphines. Un bon complément aux séances de relaxation!

La prise en charge d'un malade Alzheimer ou Parkinson en EHPAD

Malheureusement, lorsque dans certains cas, l'adoption d'une bonne hygiène de vie n'a pas suffi à éviter l'apparition d'une maladie neurodégénérative, l'hébergement d'un proche âgé en EHPAD à Paris ou ailleurs, peut s'imposer. En effet, lorsque la maladie d’un proche âgé arrive à un stade de son évolution nécessitant une assistance et des soins constants, l’aidant fait souvent le choix de la sécurité; celui de se tourner vers un établissement d’hébergement adapté aux besoins du malade. Enfin, il existe des EHPAD qui peuvent accueillir les personnes âgées atteintes d'Alzheimer ou de Parkinson, pour des courts séjours. Cette solution est adaptée aux patients qui en sont aux premiers stades de leur maladie et qui souffrent d’une petite baisse de forme. Dans ce cas précis, la personne âgée sera prise en charge par le personnel médical et les professionnels de la rééducation qui l’aideront à améliorer son état de santé. De leur côté, les aidants pourront en profiter pour reprendre des forces.

 

Partager

 Commentaires :

Inscription à la newsletter :
 Demande urgente

Vous cherchez
une maison de retraite?

Trouvez en 2 clics une maison de retraite près de chez vous, grâce à notre annuaire intéractif !