Pourquoi les maisons de retraite ont-elles mauvaise presse ?
23/03/2016 11:14 3 commentaires


Selon le Baromètre d’opinion de la Drees, sorti en décembre 2014, si l’un de leurs proches parents devenait dépendant, seuls 19 % des français envisageraient de le placer dans une institution spécialisée. Ainsi, on peut dire que les maisons de retraite pâtissent d’un véritable manque de confiance de la part du grand public.

En effet, le secteur des maisons de retraite reste aujourd’hui encore très déprécié dans les mentalités. Cette opinion négative s’est forgée sur des problématiques d’ordre affectif et a été ensuite entretenue par des cas isolés de maltraitance, psychologiquement insoutenables, qui ont défrayé la chronique.

Pourtant, les maisons de retraite ont subi une réelle métamorphose

On constate depuis quelques temps que ces établissements ont la volonté de s’inscrire dans le bien-vieillir et la bientraitance : aménagements, modernisation des constructions, diversification des animations... Tout est mis en œuvre pour améliorer les conditions de vie de leurs résidents.

Par ailleurs, les établissements d’hébergement se dotent tous peu à peu de CVS (Conseil de la Vie Sociale) qui sont des lieux d’expression et de rencontre pour les résidents et les familles. Les maisons de retraite sont désormais des lieux de vie où sont proposés spectacles, visites d’écoliers, ateliers et même défilés de mode pour seniors.

Les résidents et leurs proches en sont apparemment bien conscients comme l’indique le résultat de cette enquête réalisée par Retraite Plus, Organisme gratuit d’orientation en maison de retraite.
Elle permet de contrebalancer ces préjugés en apportant un aperçu réaliste du secteur.

L’objectif initial de cette enquête était d’apprécier la qualité des établissements de notre parc et de la prise en charge de leurs résidents.

Le questionnaire de l’enquête se portait sur la vie quotidienne en établissement et visait à analyser la qualité du personnel encadrant et médical, des activités, de la restauration et des relations sociales au sein des établissements.

Au vu du caractère favorable d’une grande majorité des opinions, nous avons décidé de partager les résultats de cette enquête avec le grand public.

Une enquête menée par Retraite Plus

Cette enquête a été menée par l’organisme Retraite Plus de juin à décembre 2015 auprès d’un échantillon représentatif de familles de personnes âgées ayant fait appel à ses services et vivant en maison de retraite ou en EHPAD sur la France métropolitaine.

Des résultats quasi-unanimes

Interrogés sur leur appréciation globale de la vie de leur proche en établissement, les familles des personnes âgées dépendantes déclarent majoritairement en être satisfaites. Ainsi, ils sont 69% à se déclarer très satisfaits de l’établissement choisi et 20% déclarent en être assez satisfaits, soit un taux de satisfaction global de 89%.

Interrogés sur la qualité de vie en établissement, les sondés sont 73% à répondre que leur proche y vit très bien, 11% plutôt bien et 13% plutôt mal. Ils ne sont que 3% à déclarer que leur proche y vit très mal.

En conclusion: les familles sont satisfaites des EHPAD

Globalement, et ce, sur pratiquement tous les points abordés, les personnes sont satisfaites (89%). Que ce soit au niveau des activités ou des visites, les avis sont plutôt favorables. Certains aspects comme le ratio du personnel, la qualité des relations sociales ou les repas sont plus souvent critiqués que d’autres mais il apparait que ceux-ci n’influencent pas le sentiment général de bien-être des résidents.

Les familles sondées ont, dans leur grande majorité, répondu être certaines d’avoir pris la bonne décision en ce qui concerne l’hébergement de leur proche en maison de retraite. Elles disent avoir éprouvé du soulagement et de la tranquillité d’esprit car ce dernier ne pouvait vivre seul sans se mettre en danger. En outre, certains aidants avouent qu’il arrive un moment où, à cause d’un épuisement physique ou moral, ils pourraient perdre leur patience et ainsi mettre en péril le bien-être de la personne aidée.

Une sondée nous l’explique ainsi : « La sécurité est ce qui m’importait le plus. Il y a eu un jour où j’étais tellement à bout que j’aurais presque pu en devenir maltraitante, malgré tout l’amour que je lui porte. A un moment, il faut admettre qu’on ne peut plus assumer et que le meilleur qu’on puisse lui apporter est l’environnement sécurisé d’une maison de retraite ».

De quoi faire réfléchir...

Partager

 Commentaires :
Posté le 11/04/2016 11:30
Schrecker
Ma mere est maintenant presque centenaire ! Suite à une chute ,dont elle s'est est étonnamment bien remise ,nous avons organisé un maintien à domicile avec aide- soignantes et aide- ménagères ,pendant 4 ans . Mais elle a supporté de moins en moins la solitude ,a terrorisé toute sa famille par des appels téléphoniques répétés ,est plusieurs fois tombée et fait appel à son alarme . Bref. Ce ne fut plus possible de la garder dans son vieil appartement . Après décision des médecins ,nous avons dû la mettre , à son corps défendant ,dans une maison où elle est bien soignée . Même si elle ne s' y plait pas particulièrement , nous sommes tranquillisés . Il arrive un moment ,où la maison de retraite est la seule solution....même si le sentiment de culpabilité reste....
Posté le 05/04/2016 20:31
MONIER
bonjour très bonne enquête mon oncle est en maison ehpad très content mais ne pourra pas rester car le prix de la pension ne correspond pas à ses revenus devra trouver une maison très loin corrèze Lozère voir étranger merci
Posté le 05/04/2016 18:04
sionneau
mon mari est en EHPAD,aux Herbiers a La Claire Fontaine,85500,il a du y rentreril y presque 2 ans, devent me faire opérer des deux genoux,Il a accepté car il n'y avait pas d'autres solutions.Victime de 9 AIT qui ont laissés des dégâts ,démence vasculaire,il a des moments ou il raisonne bien,je ne peu me rendre trop souvent,,le dimanche seulement, d'une part pour qu'il s'habitue,(conseil du médecin traitant,,)d'autre part son agressivité verbale ,je ne peu plus la supporter il est tombé malade en 90;L'après midi pas de passage du personnel,pour voir si ça vas.Solitaire il se mêle peu aux activités ,il dit qu'il fatigue de la tête,Son pilulier ,n'est pas toujours complet ,il sait le nombre de remèdes,qu'il prend a chaque repas ,mais ne connait pas les noms,il doit réclamer et parfois ne dit rien.Je suis intervenu plusieurs fais,des courriers ou je constatait,mais c'est navrant,ça ne dure pas.Ne pouvant le reprendre je me culpabilise de la décision prise ,pour me soigner'"moi"mais je dois avouer que c'est une certaine sécurité,mais jamais tranquille,Il peu encore téléphoner ,vas sur ses 82 ans,mais vraiment confiante non,on me dit ce qu'on veut .Une réflexion d'une employée( ,s'il se plaint on ne le croiras pas ,nous on nous croit).Alors.....ça dit tout

Inscription à la newsletter :
 Demande urgente

Vous cherchez
une maison de retraite?

Trouvez en 2 clics une maison de retraite près de chez vous, grâce à notre annuaire intéractif !