Cancer du poumon : Examens et traitements
13/02/2017 16:16 Aucun commentaire


Selon le Docteur Anatole Cessot, oncologue médical à l’institut Hartmann, il n’y a pas vraiment de signes précurseurs du cancer du poumon et c’est ce qui fait que cette maladie est très difficile à dépister à son stade initial. Si vous souffrez des symptômes suivants : Grande fatigue, perte de poids, sentiment de mal-être, toux chronique inexpliquée, modification de la voix ou crachats anormaux parfois teintés de sang, vous devez consulter rapidement votre médecin qui vous enverra faire des examens.


Quels examens pour le Cancer du poumon?

Les premiers examens complémentaires à partir de symptômes qui peuvent alerter sur un cancer du poumon peuvent être : une radiographie du thorax, et assez vite un scanner du thorax pour identifier les anomalies ou images anormales et ainsi orienter les examens complémentaires ultérieurs permettant de démontrer le diagnostic de cancer du poumon. Bien sûr, il arrive que l'on découvre lors d'un examen, une image fortuite qui ne correspond pas à une anomalie ou bien que le medecin tombe sur un ganglion bénin. Néanmoins, ces cas restent rares.

La bronchoscopie

Il s'agit d'un examen qui consiste à mettre une camera à travers les voies aériennes supérieures et qui permet de regarder à l intérieur de celles-ci et éventuellement de faire des biopsies pour examiner ces prélèvements au microscope. Autrefois les gens fumaient des cigarettes plus fortes donc les cancers se trouvaient au niveau bronchique mais aupourd'hui, la qualité du tabac consommé, a changée et les cancers pulmonaires sont situés dans des endroits beaucoup plus inaccessibles. Le défi actuel pour les médecins, est donc de prélever plus de matériel tumoral, pour guider au mieux le traitement ! Il existe également un autre examen : la ponction ou biopsie par voie trans-thoracique. Attention, cet examen comporte tout de même quelques risques dont la survenue d'un pneumothorax.

Quel traitement pour le cancer du poumon ? 

Il y a 3 grands axes de traitement pour les cancers broncho-pulmonaires : la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. En ce qui concerne la sous-famille des cancers dits à petites cellules, on les traitera le plus souvent par chimiothérapie et éventuellement radiothérapie. Très peu d'entre-eux sont traités par chirurgie. En effet, ce sont des maladies très régressives qui répondent très bien à la chirurgie de première intention. Par contre, dans le cas des cancers broncho-pulmonaires dits non à petites cellules, le traitement dépendra de leur localisation. En effet, si le cancer n'atteint pas la partie centrale du thorax ou se trouve notamment le cœur, on conseillera la chirurgie en traitement principal pour viser la guérison et ce, bien sûr, en complémentarité avec les autres traitements. En revanche, s'il n'est pas possible d’opérer en raison de la localisation du cancer, le traitement reposera sur la chimiothérapie et éventuellement sur la radiothérapie.

Aujourd'hui, les effets secondaires de la chimiothérapie sont beaucoup mieux maîtrisés. On arrive à un bien meilleur équilibre entre la toxicité des chimiothérapies et leur efficacité sur les cellules tumorales. Depuis l'analyse génétique des cellules tumorales, on peut trouver les "talons d'Achille" des tumeurs afin de savoir par quel biais précis et ciblé, les attaquer. C’est là, la véritable révolution de l'oncologie de demain. 

Pour en savoir plus sur les cancers pulmonaires et autres pathologies, rejoignez-nous sur le site : http://live-doctors.com/, sponsorisé par l’organisme Retraite Plus, leader de l’orientation en maison de retraite.

Partager

 Commentaires :

Inscription à la newsletter :
 Demande urgente

Vous cherchez
une maison de retraite?

Trouvez en 2 clics une maison de retraite près de chez vous, grâce à notre annuaire intéractif !