Psycho et bien-être : être heureux pour mieux vieillir
10/08/2016 11:01 Aucun commentaire


Avoir la cinquantaine ou la soixantaine fringante, être actif et garder une pêche d’enfer c’est possible … Aujourd’hui, l’âge de la retraite est synonyme de dynamisme et de bien-être. Le tout étant de savoir profiter de la vie.
Voyager, faire ce qu’on aime, se relaxer, reprendre des études ou bien se lancer dans la peinture au couteau…tout est bon pour se sentir épanoui et être heureux au quotidien.

Mais vous, êtes vous sûrs de savoir être heureux ? Pour vous y aider, voici la recette du bonheur selon le Pr Waldinger :


Selon les conclusions d’une étude exceptionnelle dirigée par le Pr Robert Waldinger de l’Université Harvard (Massachusetts) et réalisée sur un échantillon de 700 américains, avoir une vie épanouie est possible et surtout, c’est à la portée de tous.  

La recette du bonheur selon le Pr Waldinger, psychiatre

Cette recette du bonheur, le Pr Waldinger l’a découverte en scrutant les dossiers médicaux des hommes de l’étude suivis depuis 75 ans pour essayer d’identifier les facteurs qui pouvaient contribuer à un vieillissement heureux et en bonne santé. « Ce n'était pas leur taux de cholestérol à cet âge qui a prédit comment ils allaient vieillir » résume le chercheur. « Les gens qui étaient les plus satisfaits dans leurs relations à 50 ans étaient ceux en meilleure santé à 80 ans. »

Toujours selon cette étude, non seulement les bonnes relations nous rendent plus heureux, mais elles ont également  un véritable effet protecteur sur la santé. Pour preuve, elles améliorent la tolérance à la douleur.  « Nos couples d'hommes et de femmes les plus heureux ont rapporté, vers 80 ans, que les jours où la douleur physique était la plus forte, leur humeur restait tout aussi heureuse. Mais les gens qui étaient malheureux dans leurs relations, les jours où ils signalaient le plus de douleur physique, elle était aggravée par plus de douleur émotionnelle. » Et ce n’est pas tout : « Les relations complices ne protègent pas uniquement nos corps, ajoute le Pr Waldinger « elles protègent aussi nos cerveaux ». 

Vivre heureux, c’est avant tout privilégier les rapports sociaux

Selon cette étude, vivre heureux, c’est avant tout privilégier les rapports sociaux. A l'inverse, la solitude au quotidien serait « toxique ». Les personnes isolées s’avèrent non seulement plus malheureuses, mais leur santé et leurs capacités cognitives déclinent aussi plus vite. Et de fait, d’après les neuroscientifiques, l’expérience de l’isolation sociale active les mêmes zones du cerveau que la douleur physique.
C’est donc scientifiquement prouvé ! Adopter un comportement tourné vers l’autre augmente le bien-être. Non seulement les bonnes relations nous rendent plus heureux, mais elles ont un véritable effet protecteur sur la santé. 

Voilà qui corrobore les résultats d’une étude antérieure ayant prouvé les effets positifs des activités de bénévolat sur l’état de santé des seniors, les maladies cardiovasculaires et les risques associés. En effet, participer à une cause noble et généreuse, défendre des idées ou des valeurs, rencontrer de nouvelles personnes… tout cela ne peut qu’apporter de la satisfaction et du bonheur.

Nous savons tous que le bonheur se partage alors qu’attendons-nous pour le mettre en application ?

Partager

 Commentaires :

Inscription à la newsletter :
 Demande urgente

Vous cherchez
une maison de retraite?

Trouvez en 2 clics une maison de retraite près de chez vous, grâce à notre annuaire intéractif !