Comment protéger nos aînés face aux dangers de la canicule ?

Catégorie
Comment protéger nos aînés face aux dangers de la canicule ?
Comment  protéger nos aînés face aux dangers de la canicule ?

Suite aux pics de chaleur que la France a connus au mois de juin dernier, la question d’une nouvelle vague de canicule est sur toutes les lèvres. Si l’on ne peut pas encore annoncer avec certitude un été caniculaire, les modèles de prévision de Météo-France semblent prévoir un été très chaud. Nous avons du moins la certitude qu’avec le réchauffement climatique, les thermomètres qui s’affolent pourraient devenir la norme pour tous les été à venir. Alors mieux vaut prendre les devants et surtout protéger nos aînés.

 

Alors que la France s’apprêtait à connaître ses premières vagues de chaleur au mois de juin dernier, Christine Chapel annonçait sur LCI “ Selon les experts, l'été meurtrier de 2003 sera d'ailleurs considéré en 2050 comme un été plutôt frais.” Une révélation qui a tendance à faire froid dans le dos. Si, pour cet été, nous avons surtout connu des pics de chaleur, qui se différencient de la canicule par leur aspect épisodique, on ne devrait pas non plus échapper aux chaleurs persistantes sur plusieurs jours qui caractérisent la canicule. Si elle nous met tous à rude épreuve, elle représente un véritable danger pour nos aînés, on ne le répétera jamais assez. 

 

Les dangers de la canicule pour les seniors, une question de physiologie

 

Le principal problème lié à la canicule est le risque de déshydratation, accru chez certaines populations fragiles comme les nourrissons, les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies chroniques comme le diabète, par exemple.  Il existe des causes physiologiques à cette vulnérabilité. 

De manière générale, le corps réagit à la température extérieure. Pour préserver les fonctions naturelles de l’organisme et éviter les problèmes engendrés par une température qui dépasserait les 37°, le corps accentue la transpiration afin d’évacuer la chaleur via l’eau. La respiration s’accélère et les vaisseaux sanguins de la surface de la peau se dilatent afin de refroidir le sang.

L’apport en eau doit donc être décuplé et l’air suffisamment ventilé pour permettre l’évaporation de la sueur présente sur la peau.

Chez les personnes de plus de 65 ans, la sensation de soif n’est pas toujours ressentie au moment opportun. La capacité à transpirer diminue également à un âge avancé. En bref, l’organisme des personnes âgées leur envoie moins de « signaux d’alertes » face à une forte chaleur et leur corps régule moins bien ces changements climatiques brutaux. Il est donc impératif de veiller à ce qu’ils boivent fréquemment même s’ils n’ont pas soif.

 

“Une dame âgée avait oublié d’enlever sa couverture polaire”

 

Outre la prédisposition liée à l’âge, il existe certaines habitudes et circonstances qui font que les seniors sont plus exposés aux risques liées à la canicule. A la maison, ils ne se rendent pas toujours compte de la chaleur. De plus, les personnes âgées ont moins d’appétit et ne mangent pas toujours régulièrement. Or, il n’est pas seulement important de boire mais également de s’alimenter correctement. Le manque d’autonomie complique également la donne. Pour veiller à une bonne ventilation de la pièce, boire régulièrement sans avoir forcément soif et se doucher régulièrement, il faut être en pleine possession de ses moyens. Les malades d’Alzheimer sont également plus exposés et ont tendance à oublier de boire, ce qui peut être particulièrement dangereux surtout en cas de fortes chaleurs. Si en établissement le personnel soignant peut veiller à ce que les résidents boivent régulièrement et s’alimentent correctement, il n’est pas toujours aisé pour un aidant de prendre les précautions nécessaires. 

Au sein même de Retraite Plus, un épisode marquant a rappelé à quel point les personnes âgées seules peuvent être vulnérables en période de canicule. En prenant des nouvelles d’une dame âgée lors de l’épisode caniculaire de l’été dernier, une conseillère de Retraite Plus a pu se rendre compte durant la conversation téléphonique que  cette dernière portait une couverture polaire sur ses genoux alors qu’il faisait très chaud dans la pièce. Elle n’avait tout simplement pas pensé à l’enlever. La conseillère a ainsi pu prévenir la famille qui s’est immédiatement rendue au domicile de leur maman. Parfois, certains gestes anodins ne sont pas toujours évidents pour des personnes âgées qui vivent seules, même si elles ne sont pas atteintes de pathologies spécifiques. Par ailleurs, les personnes âgées ont tendance à ne pas bien s’alimenter, ce qui peut augmenter les risques de déshydratation. 

  

Quels sont les gestes à adopter en cas de vague de chaleur ? 

 

En cas de vague de chaleur, il faut évidemment s’hydrater régulièrement, se mouiller  la peau avec un linge humide, utiliser un brumisateur pour se rafraîchir, prendre des douches fréquentes sans se sécher, si la mobilité le permet, se servir d’un ventilateur ou d’un climatiseur, boire régulièrement sans attendre d’avoir soif et continuer à manger normalement et de manière variée. Rappelons que les médecins recommandent de boire environ 1,5 litres par jour et de ne pas boire trop froid pour ne pas épancher trop rapidement sa soif. Il est également recommandé d’éviter l’alcool qui favorise la déshydratation. On peut diversifier les apports en liquide avec des thés, des soupes, des sirops très dilués, des compotes de fruits et même des sorbets, des jus de fruits ou des fruits riches en eau comme la pastèque et le melon, des légumes comme les tomates et les concombres. Cette diversité permettra de consommer une quantité suffisante d’eau au fil de la journée. Notons par exemple qu’un yaourt hydrate autant qu’un verre d’eau. La production accentuée de sueur due à la chaleur engendre une perte en eau et en sels minéraux qui doit absolument être compensée. 

Certains médicaments ne sont pas conseillés en cas de fortes chaleurs ou de déshydratation. En cas de traitement régulier, il est important de prendre conseil avec son médecin traitant pour vérifier s’il est adapté aux périodes de canicule ou s’il vaut mieux le modifier. 

 

Le plan bleu canicule et de nombreuses mesures préventives en établissement pour seniors. 

 

En établissement pour seniors et particulièrement en Ehpad où les résidents  sont pris en charge par une équipe soignante, il est plus facile de faire face aux vagues de chaleur et de surveiller les personnes âgées. Les établissements sont souvent mieux équipés et disposent non seulement de climatisation mais de divers dispositifs adaptés. Un personnel soignant composé de plusieurs personnes sera plus à même de surveiller l’état de santé des résidents, leur alimentation, leur consommation de liquide et les éventuels signes de déshydratation. Pour ce faire, certains d’entre eux disposent même d’outils technologiques de pointe comme le “verre connecté”, qui rappelle à la personne de boire et permet aux professionnels de surveiller la prise régulière d’eau par les résidents. 

 

Depuis le 1er janvier et jusqu’au 15 septembre 2020, le plan national canicule a été activé. Dans le contexte particulier du Covid-19, Santé Public France a mis au point de nouvelles mesures de prévention de la canicule et propose des outils adaptés. L’épidémie de Covid a été ainsi prise en compte comme facteur aggravant de la canicule. Le plan bleu, prévoyant le déploiement de mesures de protection des résidents d’Ehpad et les modalités d’organisation lors de crise sanitaire ou climatique, avait déjà été initié durant la récente crise sanitaire du Covid-19. Cet été, il permettra ainsi d’effectuer une action combinée  tenant compte à la fois des risques de la canicule et du contexte épidémique.

 

Déshydratation : Présentation et signes d'alerte - Conseils Retraite Plus

Voir la vidéo

Partagez cet article :



Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée