Mouvements de mécontentement en EHPAD : 50 millions d'euros prévus!
20/03/2018 14:59 Aucun commentaire


C'est la somme prévue par Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé pour aider les EHPAD et maisons de retraite en difficultés. Une somme qui ne suffira pas à combler tous les besoins, selon les professionnels du secteur.

Une aide aux EHPAD décidée par Agnès Buzyn

En plus des 100 millions inscrits au budget 2018 de la Sécurité sociale, « nous ajoutons 50 millions d’euros qui vont être donnés aux Agences régionales de santé pour qu’elles puissent accompagner au cas par cas, en fonction des difficultés, les Ephad qui souffrent aujourd’hui d’un manque de moyens », a récemment déclaré sur RTL, la ministre de la santé. Cette somme ajoutée par la ministre au vu du mécontentement des professionnels se rajoutera à la première enveloppe de 100 millions d'Euros qui avait été votée en Décembre dernier. Cet argent sera versé aux Agences régionales de santé auxquelles selon Agnes Buzyn il sera demandé : « de mettre en place des structures d’appui pour aider les Ehpad en difficulté à se réorganiser, pour voir comment ils peuvent coopérer entre eux parce que parfois c’est un problème d’isolement de petites structures ».

Une vraie solution ou des "rafistolages"?

D'après le quotidien Le Monde, ces augmentations ponctuelles de budget ne sont que des solutions de dépannage et non des projets visant à trouver une véritable résolution de ce problème des EHPAD, qui secoue l'actualité. En effet, même si les financements alloués dernièrement aux maisons de retraite ont été augmentés, il ne s'agit que "de cacher la misère en essayant d’améliorer la répartition des moyens entre établissements, sans répondre toutefois au problème de fond".  En ce qui concerne la rallonge de 100 millions d’euros du budget 2018 de la Sécurité sociale, et celle de 50 millions d'euros ajoutée par la ministre de la santé, elles n'ont pour but, toujours selon Le Monde que de " faire taire la grogne".

 

Les Ehpad au bord de l'asphyxie financière

Parmi ses principales revendications, le mouvement, unitaire, demande des fonds supplémentaires et surtout l'application d'un ratio d'un agent pour un résident, la moyenne étant actuellement de 0,6. Aujourd'hui, et depuis des années dans ce secteur, en établissement et à domicile, la situation financière est telle qu'on se retrouve en situation de rupture. Pour tous les acteurs du secteur, l'État ne semble pas prendre la mesure réelle de la situation et ne réalise pas qu'il faut urgemment prendre en compte les demandes des professionnels. Car en effet, il est bien de la responsabilité de l'État de prendre des décisions politiques permettant d'offrir des soins de la meilleure qualité possible à nos proches âgés dépendants. 

Relever ce nouveau défi sociétal

C'est le travail qui incombe à nos politiques. Effectivement, dix ans après le lancement du plan solidarité grand âge, qui avait pour objectif de prendre en compte la dépendance comme un risque à part entière, (exactement comme les maladies, les accidents du travail, la retraite et la famille), les financements qui lui sont alloués ne  semblent pas encore suffisants pour relever ce défi!

 

Partager

 Commentaires :

Inscription à la newsletter :
 Demande urgente
Vous validez que vos données personnelles feront l'objet d'un traitement conformément à notre Politique de Protection des Données accessible en cliquant ici

Vous cherchez
une maison de retraite?

Trouvez en 2 clics une maison de retraite près de chez vous, grâce à notre annuaire intéractif !