Journée mondiale Parkinson : 10 clés pour comprendre cette maladie
11/04/2018 11:43 Aucun commentaire


Décrite pour la première fois en 1817 par le médecin britannique James Parkinson, la maladie de Parkinson touche 6.3 millions de personnes dans le monde et près de 200 000 en France. Voici 10 clés pour mieux comprendre cette maladie:

1. La maladie de Parkinson fait partie de la famille des maladies neuro-dégénératives

Elle atteint le système nerveux central auquel elle cause de nombreux dommages. En effet, elle se caractérise par la disparition d’un petit nombre de cellules nerveuses (neurones) qui sécrètent un neurotransmetteur appelé dopamine intervenant dans le bon fonctionnement de nombreuses régions du cerveau, notamment pour la motricité et la coordination des mouvements.

2. La maladie de Parkinson touche principalement des individus âgés en moyenne de 58 ans

Mais cette maladie d’évolution progressive peut se déclarer beaucoup plus tôt. Il existe également des formes génétiques rares (10%) qui se manifestent plus tôt, entre 20 et 35 ans.

3. La maladie de Parkinson provoque des troubles moteurs et non moteurs

Les principaux symptômes sont : Un tremblement au repos, la bradykinésie (lenteur des gestes), la rigidité des membres et l’asymétrie, avec un côté du corps généralement plus atteint que l’autre. Il existe d’autres symptômes, non moteurs, résultant probablement des répercussions de la maladie sur des structures cérébrales non dopaminergiques. Il peut s’agir de problèmes de sommeil, d’une perte d’odorat (anosmie) ou de troubles cognitifs.

4. La maladie de Parkinson comprend quatre grandes phases d’évolution 

Avant l’apparition des premiers symptômes, on parle de phase préclinique de la maladie. Ensuite arrive la première période appelée « lune de miel » par les neurologues car c'est une période où la manifestation des symptômes de la maladie est considérablement améliorée par les traitements dopaminergiques. La seconde période appelée période de fluctuations est une période d’aggravation évolutive des symptômes de la maladie de Parkinson. La dernière période correspond au stade avancé de la maladie de Parkinson où l’évolution des symptômes se poursuit de façon différente selon les patients.

5. La maladie de Parkinson peut s'accompagner d'une dépression

Dans certains cas, la dépression précède les premiers signes neurologiques. La dépression pourrait donc être un signe précoce de la maladie. Mais celle-ci peut aussi se manifester comme une réaction à la maladie. En effet, les troubles moteurs et non moteurs, souvent importants à un stade avancé, peuvent démoraliser les patients.

6. La maladie de Parkinson entraine une invalidité

Effectivement, cette maladie entraîne une réelle perte d’autonomie chez la personne qui en est atteinte rendant la tâche de son aidant plus difficile. D'ailleurs, selon une étude menée par l’association France Parkinson, les principales préoccupations des aidants sont l’incertitude sur l’évolution de la maladie, la crainte de tomber malade et celle de ne plus pouvoir assumer seul la maladie de leur proche.

7. La maladie de Parkinson bénéficie d’une prise en charge à 100% par la Sécurité sociale

La prise en charge de l’assurance maladie concerne autant les soins que les médicaments, les traitements et les examens. Il est également possible de bénéficier de la prise en charge d’actes comme la kinésithérapie, l’orthophonie et les services d’infirmiers à domicile. Pour cela, il faudra d’abord obtenir un accord préalable du médecin conseil de la caisse d’assurance maladie.

8. La maladie de Parkinson ne dispose malheureusement pas encore d’un traitement médical permettant la guérison des malades

Néanmoins, il existe des traitements médicamenteux visant à réduire ses symptômes et leurs manifestations. En identifiant la dégénérescence des neurones à dopamine, la recherche s’est d’abord concentrée sur la mise au point de plusieurs générations de traitements : de la L-DOPA, aux inhibiteurs des monoamines oxydases (IMAO), en passant par les agonistes dopaminergiques. Aujourd’hui, les chercheurs ont réussi à mettre au point une molécule de synthèse très proche de la dopamine appelée l’apomorphine. Celle-ci peut être injectée en sous-cutané avec une résorption complète et rapide et parvient au cerveau en moins de dix minutes. 

9. La maladie de Parkinson peut être atténuée par la pratique de certains sports doux

Certains "sports doux" sont recommandés pour améliorer la qualité de vie et la motricité du parkinsonien : le yoga, la boxe, le vélo, la natation ou encore le tango sont bénéfiques et contribuent à préserver l’équilibre et la souplesse des muscles. Le tai-chi, souvent proposé, contribue à aider les malades à avoir une meilleure marche, à diminuer leurs chutes et à améliorer leur concentration. 

10. La maladie de Parkinson peut être prise en charge dans certaines maisons de retraite

Il existe des maisons de retraite qui peuvent accueillir les personnes âgées atteintes de Parkinson, pour de longs ou de courts séjours. Cette dernière solution est adaptée aux patients qui en sont aux premiers stades de la maladie et qui souffrent d’une petite baisse de forme. Dans ce cas précis, la personne âgée sera prise en charge par le personnel médical et les professionnels de la rééducation qui l’aideront à améliorer son état de santé. De leur côté, les aidants pourront en profiter pour reprendre des forces.

Pour connaître tous les établissements accueillant les malades de Parkinson, contactez directement nos conseillers au : 0800 941 340 (numéro gratuit)

 

Partager

 Commentaires :

Inscription à la newsletter :
 Demande urgente

Vous cherchez
une maison de retraite?

Trouvez en 2 clics une maison de retraite près de chez vous, grâce à notre annuaire intéractif !