Présidentielles 2017 : Voter Macron d’accord, mais quid de la dépendance?
26/04/2017 14:37 Aucun commentaire


À l’occasion des Présidentielles 2017,  Marisol Touraine la ministre des affaires sociales et de la santé et Pascale Boistard sa secrétaire d’Etat chargée des personnes âgées et de l'autonomie, appellent à voter Emmanuel Macron.

 

Effectivement, à l'approche d'un imminent duel Emmanuel Macron - Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, plusieurs hommes et femmes politiques ont tenu à prendre clairement position en affichant leur soutien à Emmanuel Macron.

C’est le cas de la ministre de la Santé Marisol Touraine qui est sortie de sa réserve après les résultats du premier tour de l’élection présidentielle : « J’appelle les Français à voter massivement en faveur d’Emmanuel Macron le 7 mai prochain », a-t-elle déclaré dans un tweet sans équivoque.

Un choix justifié pour « l’avenir de la France »

Face au danger de la montée de l’extrême droite pour les valeurs démocratiques, la ministre affirme avoir fait un choix justifié pour « l’avenir de la France » : « L’enjeu, ce n’est pas seulement que Emmanuel Macron l’emporte et que Marine Le Pen soit battue, mais c’est qu’elle soit battue le plus largement possible », déclarait-elle dernièrement sur France Bleu.

Pascale Boistard: «Ceux qui rallient Macron font le jeu du populisme»

Pour sa secrétaire d’Etat chargée des personnes âgées et de l'autonomie, Pascale Boistard, la démarche est plus difficileEn effet, ayant soutenu ouvertement Manuel Valls lors des primaires, puis Benoit Hamon pour le premier tour des présidentielles,  Pascale Boistard n’était pas une fervente supportrice du leader d’ "En marche ! ": «Ceux qui rallient Macron font le jeu du populisme» déclarait-elle, il n’y a pas si longtemps.

Macron et la dépendance

Face à cette vague de soutien à Emmanuel Macron, on peut se demander ce que celui-ci pourra accomplir au sujet de la prise en charge de la dépendance des âgés, un dossier brulant qui a déjà fait couler beaucoup d’encre depuis le projet de loi autonomie. Chez Retraite Plus, bien trop souvent confrontés à  la détresse d’aidants épuisés qui nous sollicitent pour trouver une solution d’hébergement pour leur proche, nous nous sommes posés la question et apparemment, nous ne sommes pas les seuls! En effet, selon une récente infographie parue dans le Monde.fr : 46,8% des français pensent que la perte d’autonomie doit constituer un des thèmes majeurs de la présidentielle 2017.  En outre, 67.4% d’entre eux veulent que dans le prochain quinquennat, le financement durable du risque de perte d’autonomie fasse partie des réformes.

Les avancées de la loi autonomie depuis 2014

Entrée en vigueur le 1er janvier 2016, la loi pour l’adaptation de la société au vieillissement portée à ses débuts par l’ex-ministre Madame Michèle Delaunay, a déjà réévalué le montant de l’APA à domicile et instauré un statut de « proche aidant » qui repose sur un « droit au répit » et un congé non rémunéré. Néanmoins, cela n’est pas encore suffisant pour répondre aux enjeux, surtout en regard des besoins grandissants de cette nouvelle population de personnes très âgées (2 millions de français ont plus de 85 ans). Pour preuve, aucune mesure n'a encore été prise concernant la diminution du reste à charge pour les familles des 700 000 personnes aujourd'hui hébergées en établissement et qui ne peuvent en assumer le coût qu’avec beaucoup de difficultés.

Les solutions selon l’étude reprise par Le Monde.fr

Selon Le Monde.fr : « Profondément attachés au principe de solidarité nationale, mais conscients que l’Etat ne pourra pas suivre en terme de budget, les deux tiers des Français seraient favorables à une solution hybride pour prendre en charge la dépendance : un socle public complété par des assurances ». Mais sous quelle forme ? Devrait-on comme le proposait François Fillon, créer un label pour les contrats d'assurance dépendance assorti d'une incitation fiscale ou bien plutôt encourager la création de places dans les Ehpad publics comme le proposait Benoit Hamon ? Les avis sont partagés !

Le programme d’Emmanuel Macron

Dans son programme politique concernant le vieillissement, Emmanuel Macron propose d’augmenter le minimum vieillesse jusqu’à 900 € par mois, pour une personne seule. En ce qui concerne les aidants, il propose de créer un droit à la formation, de mettre en place un accompagnement psychologique et d'autoriser le don de RTT entre collègues. Il entend également faciliter « le retour à domicile des personnes en situation de perte d’autonomie », soutenir et développer « les solutions d’hospitalisation à domicile et de maintien à domicile pour éviter les hospitalisations inutiles et favoriser le confort des patients les plus fragiles ». Il veut également encourager « toutes les formes d’habitat inclusif et partagé, et en particulier l’hébergement intergénérationnel » ainsi que les réseaux d’aide à la personne.

 

Face à Marine Le Pen qui affirme vouloir développer les politiques de prévention en amont mais aussi créer un cinquième risque de Sécurité sociale consacré à la dépendance et au handicap, la lutte s’annonce serrée !

Souhaitons que, quel que soit le président élu, il prendra ce dossier en main pour faire véritablement avancer les choses !

(Sources : http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/01/24/dependance-les-propositions-des-candidats-a-la presidentielle_5068266_3234.html#DkTK3xC11J2rKZvw.99 : Dossier réalisé en partenariat avec l’Ocirp, Franceinfo et LCP.)

 

Partager

 Commentaires :

Inscription à la newsletter :
 Demande urgente

Vous cherchez
une maison de retraite?

Trouvez en 2 clics une maison de retraite près de chez vous, grâce à notre annuaire intéractif !