L’âge maximal de l’être humain pourrait avoir atteint son plafond!
02/11/2016 12:26 Aucun commentaire


C’est en tout cas ce qui est expliqué dans la respectable revue Nature. En effet, les plus éminents experts en matière de vieillissement sont arrivés à la conclusion que l’espérance de vie humaine avait une limite, autrement dit qu’elle se heurtait à un certain moment à une barrière naturelle. 

Les êtres humains ne dépasseront jamais les 115 ans

C’est le Dr Jan Vijg, de l’Albert Einstein College of Medicine, et l’une des figures de proue dans ce domaine qui a publié cette prédiction pessimiste : « l’âge maximal de l’être humain pourrait avoir atteint son plafond. À partir de maintenant, les êtres humains ne dépasseront jamais les 115 ans. ». Même si aujourd’hui les progrès de la médecine ont allongé l’espérance de vie bien au-delà de celle des générations précédentes, cette longévité aurait donc une limite biologique.

La longévité : l’avenir de l’humanité?

Autour de nous, les octogénaires sont devenus choses fréquentes et les nonagénaires ne suscitent plus l'étonnement autant qu'autrefois. Les centenaires, eux, sont perçus comme les précurseurs de l’avenir de l’humanité. Et pourtant, il nous faut changer notre façon de voir les choses. Effectivement, d'après cette étude du Dr Vijg, le vieillissement est le résultat de l’accumulation de dommages causés à l’ADN et à d’autres molécules. Et si nous avons appris à ralentir ce processus en régénérant certains de ces dommages, en définitive ceux-ci finissent par être trop nombreux pour être réparés. « À un moment donné, tout va mal et vous vous effondrez. »

Vivre de meilleures années plutôt que davantage d’années

Ce qu’il faudrait comprendre dans cette nouvelle emphase scientifique sur les limites biologiques à notre longévité, c’est son implication « morale ». C'est d'ailleurs la conclusion avancée par le Dr Vijg qui remarque que puisque avons probablement atteint la limite maximale de notre capacité à allonger l’espérance de vie, nous devrions désormais déplacer notre intérêt non plus sur la durée de mais sur la qualité de vie. A nous de cesser de diriger nos efforts vers l’objectif inatteignable de vivre davantage d’années mais plutôt de les diriger vers le but plus louable de vivre de meilleures années, des années plus remplies et pleines de sens. 
Autrement dit, le corps médical et scientifique devraient œuvrer pour améliorer la qualité de vie des personnes âgées plutôt que vouloir à tout prix les faire vivre plus longtemps.

 

Partager

 Commentaires :

 Demande urgente

Vous cherchez
une maison de retraite?

Trouvez en 2 clics une maison de retraite près de chez vous, grâce à notre annuaire intéractif !

Inscription à la newsletter :